Fédération Nationale des Étudiant·e·s en Sciences Infirmières - FNESI
Association à but non lucratif
Fédération Nationale des Étudiant·e·s en Sciences Infirmières - FNESI
Association à but non lucratif

La Formation en IFSI

ENSEIGNEMENT THÉORIQUE

a. Organisation des enseignements

L’enseignement théorique est divisé en différentes unités d’enseignement (UE) contribuant à l’acquisition de compétences. Pour chaque UE, un ou plusieurs objectifs sont fixés. L’enseignement théorique comporte des cours magistraux (CM), des travaux pratiques (TP), des travaux dirigés (TD), ainsi qu’un temps de travail personnel de l’étudiant·e, estimé à 900 heures cumulées. Un nombre d’heures précis de chacun de ces modes d’apprentissage est déterminé pour chaque UE. 

 

b. Les crédits ECTS

ECTS signifie “European Credit Transfer and accumulation System” (Système Européen de Transfert et d’accumulation de Crédits). Il s’agit d’une référence européenne de l’enseignement supérieur. Ils permettent la comparaison des programmes d’étude, basés sur la charge de travail à réaliser par l’étudiant·e : entre 25 et 30 heures par crédit. Un semestre équivaut à 30 ECTS. Une formation de niveau licence (3 ans) correspond donc à l’acquisition de 180 ECTS répartis comme-ci dessous pour celle des soins infirmiers :

  • 120 crédits pour les enseignements théoriques ;

  • 60 crédits pour les enseignements cliniques (une semaine de stage équivaut à un crédit)

 

Mais, quelle est la durée de vie des ECTS ?

  • Lorsque l’étudiant·e fait une interruption de formation, il·elle conserve pendant 3 ans les ECTS acquis. Au-delà de cette période l’étudiant·e devra recommencer sa formation depuis le début.

  • Lorsque l’étudiant·e réalise un changement d’IFSI, il·elle conserve les ECTS acquis pour une durée définitive.
     

c. Le référentiel en soins infirmiers

La formation en soins infirmiers est articulée de 36 matières et de 59 unités d’enseignement (UE) regroupées sous 10 compétences permettant une approche globale de la formation menant au Diplôme d’Etat Infirmier (DEI). 

 

Une compétence se définit comme un ensemble de savoirs, savoirs-être et savoirs-faire. Ainsi lors de votre formation, vous devrez acquérir les 10 compétences en lien avec le métier d’infirmier·ère.

 

L’acquisition des connaissances en lien avec ces compétences se fera directement à l’IFSI par les différents Cours Magistraux (CM) et Travaux Dirigés (TD) que vous pourrez avoir. Ces temps de formation sont en lien avec des unités d’enseignement, que vous devrez acquérir au fur et à mesure de votre cursus. Ces 59 unités d’enseignement sont réparties sur l’ensemble des trois années de formation et permettent l’acquisition d’ECTS qui permettent de valider un niveau de connaissances et de compétences à l’échelle Européenne.) 

 

Compétence 1

Évaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier

Semestre 1

UE 3.1 : Raisonnement et démarche clinique infirmière

Semestre 2

UE 2.3 : Santé, maladie, handicap, accidents de la vie

UE 3.1 : Raisonnement et démarche clinique infirmière

Compétence 2 

Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers

Semestre 2

UE 3.2 : Projet de soins infirmiers

Semestre 3

UE 3.2 : Projet de soins infirmiers

Compétence 3

Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens

Semestre 1

UE 2.10 : Infectiologie / Hygiène

UE 4.1 : Soins de confort et de bien-être

Compétence 4

Mettre en oeuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique

Semestre 1

UE 2.1 : Biologie fondamentale

UE 2.2 : Cycles de la vie et grandes fonctions

UE 2.4 : Processus traumatiques

UE 2.11 : Pharmacologie et thérapeutiques

Semestre 2

UE 2.6 : Processus psychopathologiques

UE 4.3 : Soins d’urgence

UE 4.4 : Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical

Semestre 3

UE 2.5 : Processus inflammatoires et infectieux

UE 2.8 : Processus obstructifs

UE 2.11 : Pharmacologie et thérapeutiques

Semestre 4

UE 2.7 : Défaillances organiques et processus dégénératifs

UE 4.3 : Soins d’urgence

UE 4.4 : Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical

Semestre 5

UE 2.6 : Processus psychopathologiques

UE 2.9 : Processus tumoraux

UE 2.11 : Pharmacologie et thérapeutiques

UE 4.4 : Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical

UE 4.7 : Soins palliatifs et de fin de vie

Compétence 5

Initier et mettre en oeuvre des soins éducatifs et préventifs

 

→ Le service sanitaire sera inclut dans ces UE dans le stage de soins individuels et collectifs en lieux de vie. 

Semestre 2

UE 1.2 : Santé publique et économie de la santé


 

Semestre 3

UE 1.2 : Santé publique et économie de la santé

UE 4.6 : Soins éducatifs et préventifs

Semestre 4

UE 4.6 : Soins éducatifs et préventifs

Compétence 6

Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins

Semestre 1

UE 1.1 : Psychologie, sociologie, anthropologie

Semestre 2

UE 1.1 : Psychologie, sociologie, anthropologie

UE 4.2 : Soins relationnels

Semestre 3

UE 4.2 : Soins relationnels

Semestre 5

UE 4.2 : Soins relationnels

Compétence 7

Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle

Semestre 1

UE 1.3 : Législation, éthique, déontologie

Semestre 2

UE 4.5 : Soins infirmiers et gestion des risques

Semestre 4

UE 1.3 : Législation, éthique, déontologie

UE 4.5 : Soins infirmiers et gestion des risques

Semestre 6

UE 4.8 : Qualité des soins et évaluation des pratiques

Compétence 8

Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques

Semestre 4

UE 3.4 : Initiation à la démarche de recherche

Semestre 6

UE 3.4 : Initiation à la démarche de recherche

UE transverses

UE 6.1 : Méthodes de travail et TIC

UE 6.2 : Anglais

Compétence 9

Organiser et coordonner des interventions soignantes

Semestre 3

UE 3.3 : Rôles infirmiers, organisation du travail et interprofessionnalité

Semestre 5

UE 3.3 : Rôles infirmiers, organisation du travail et interprofessionnalité

Compétence 10

Informer et former des professionnel.le.s et des personnes en formation

Semestre 4

UE 3.5 : Encadrement des professionnel.le.s de soin

 

A chacun des semestres, une Unité d’Intégration (UI, unité d’enseignement qui mobilise les différents savoirs sur une situation professionnelle) concourt à l’acquisition d’une ou plusieurs compétences. Sont ainsi combinées et mobilisées les ressources, savoirs et savoir-faire acquis.

 

Semestre 1

Compétence 3

UE 5.1 : Accompagnement dans la réalisation des soins quotidiens

Semestre 2

Compétence 1

UE 5.2 : Evaluation d’une situation clinique

Semestre 3

Compétences 2 et 6

UE 5.3 : Communication et conduite de projet de soins infirmiers

Semestre 4

Compétences 5 et 10

UE 5.4 : Soins éducatifs et préventifs et formation des professionnel·le·s et des stagiaires

Semestre 5

Compétences 4 et 9

UE 5.5 : Mise en oeuvre des thérapeutiques et coordination des soins

Semestre 6

Compétences 7 et 8

UE 5.6 : Analyse de la qualité des soins et de la pratique professionnelle

 

A ces unités d’enseignement s’ajoutent les deux unités optionnelles au cours des deux derniers semestres. Elles permettent d’approfondir un domaine d’exercice de la fonction infirmière et de mener une réflexion sur un choix possible d’orientation à la sortie de la formation. 

Le Service Sanitaire

Depuis Septembre 2018, ce sont 48 000 étudiant·e·s en santé dont plus de 30 000 étudiant·e·s en soins infirmiers en 2ème année de formation qui sont concerné·e·s par le service sanitaire.

 

Avec cette nouvelle réforme, la formation en prévention primaire est renforcée et l’interprofessionnalité est développée. La formation théorique se fait en lien avec les UE 1.2 (Santé Publique et Economie de la Santé) et 4.6 (Soins Éducatifs et Préventifs). La formation pratique, quant à elle, se réalise durant 3 semaines dans le stage de “Soins individuels et collectifs en lieux de vie”. 

 

Afin de coordonner au mieux sa mise en place dans les territoires, les textes législatifs exigent la création d’un comité de pilotage dans chaque Région, dans lesquels tou·te·s les acteur·rice·s du service sanitaire siègent (y compris les étudiant·e·s !). 

ENSEIGNEMENTS PRATIQUES

 

Les stages constituent 50% de la formation en soins infirmiers. Il s'agit d'un temps d’apprentissage privilégié des pratiques professionnelles en offrant par exemple la possibilité de dispenser des soins.

Ainsi, l’étudiant·e peut appréhender la dimension professionnelle et donner du sens à la théorie. Ces stages peuvent s’effectuer dans n’importe quel milieu dès lors que l’encadrement et l’enseignement clinique est assuré par un·e infirmier·ère diplômé·e. Il·elle se doit de préparer progressivement l’apprenant·e aux responsabilités qu’implique sa future fonction.

 

a. La définition du stage

Le stage se définit comme un moyen de formation assurant une mise en situation sociale et professionnelle : il doit conduire l’étudiant·e vers l’autonomie professionnelle en favorisant l’intégration des savoirs théoriques et pratiques nécessaires à l’exercice de sa fonction.

 

L’étudiant·e part en stage avec un portfolio : c’est un livret de stage qui permet de retracer le parcours clinique de l’étudiant·e et d’attester de la validation de ses compétences par le·la ou les responsables de son encadrement en stage. Cet outil suit l’étudiant·e pendant tout son parcours, jusqu’au Diplôme d’Etat. Certains portfolios sont consultés par le jury d’attribution du Diplôme d’Etat, il est donc nécessaire d’en prendre bien soin.

 

L’étudiant·e peut effectuer ses stages dans une unité, un pôle, une structure ou auprès d’une personne, selon l’organisation et le choix du stage. Il·elle devra obligatoirement s’exercer dans quatre types de terrains de stages correspondant à des types de prises en soins différentes : 

 

  • Soins de courte durée : l’étudiant·e s’adresse à des personnes dans une phase aiguë de leur pathologie nécessitant une hospitalisation dans un service spécialisé. On y retrouve les services conventionnels de médecine, d’urgences ou de chirurgie.

  • Soins en santé mentale et en psychiatrie : l’étudiant·e s’adresse à des personnes hospitalisées ou non, suivies pour des problèmes de santé mentale ou psychiatriques.

  • Soins de longue durée et soins de suite et de réadaptation : l’étudiant·e s’adresse à des personnes qui requièrent des soins continus dans le cadre d’un traitement ou d’une surveillance médicale au long court.

  • Soins individuels ou collectifs sur des lieux de vie : l’étudiant·e s’adresse à des personnes qui se trouvent dans des lieux de vie (EHPAD, domicile, travail, école, entreprise, foyer de vie, etc.).

 

Première année :

15 semaines

Semestre 1:

5 semaines

Semestre 2 :

10 semaines

Deuxième année :

20 semaines

Semestre 3 : 

10 semaines

Semestre 4 :

10 semaines

Troisième année :

25 semaines

Semestre 5 :

10 semaines

Semestre 6 :

15 semaines

Les stages de dix semaines peuvent être scindés en deux pour permettre à l’étudiant·e d’expérimenter plus de terrains de stage. 

Les quinze semaines de stage du semestre 6 doivent être réalisées sur deux lieux différents, sur une période maximale de dix semaines par lieu de stage. Les stages s’effectuent sur la base de 35 heures par semaine. Les horaires varient en fonction des lieux d’accueil et des modalités d’apprentissage.

Les horaires de nuit, de fin de semaine ou de jours fériés, sont possibles dès lors que l’étudiant·e bénéficie d’un encadrement de qualité et que son IFSI l’autorise. La durée de présence de l’étudiant·e ne peut dépasser le nombre d’heures fixé par stage, par exemple 350h pour un stage de 10 semaines.

Pendant la durée des stages, l’étudiant·e peut se rendre sur d’autres lieux, rencontrer des personnes ressources ou visiter des sites professionnels afin de découvrir le parcours des personnes qu’il·elle prend en soins, ou encore l’organisation de son lieu de stage. Il·elle peut, par exemple, se rendre au bloc opératoire, assister à des examens radiologiques ou exploratoires ou encore découvrir le travail d’autres professionnel·le·s qui interviennent dans la prise en soins des patient·e·s.

c. Choix du lieu de stage 

Le choix de l’un de ces stages peut être laissé à l’étudiant·e en fonction de son projet professionnel et en accord avec l’équipe pédagogique (dont le stage pré-professionnel du semestre 6). L’organisation dépend des instituts de formation ainsi que des responsables des structures d’accueil des étudiant·e·s. Les étudiant·e·s peuvent s’organiser eux·elles-mêmes pour le choix des stages en se répartissant les lieux de stages qui ont été proposés par l’IFSI.

 

Dans la majorité des cas, ce sont les cadres formateur·rice·s qui attribuent les stages en fonction des critères connus et définis à l’avance (projet professionnel, équilibre entre les disciplines, priorités d’apprentissage, etc.). L’IFSI peut également autoriser l’étudiant·e à chercher lui·elle-même ses lieux de stage. Comme pour une recherche d’emploi, il lui faudra alors réaliser CV et lettre de motivation pour demander son stage puis relancer régulièrement les lieux visés pour ne pas se faire oublier.

 

Les stages peuvent se dérouler dans des lieux plus ou moins éloignés de l’IFSI ou du domicile de l’étudiant·e. Dans le cas d’un éloignement important, il peut arriver que l’étudiant·e soit logé·e sur place. L’étudiant·e peut également réaliser des stages à l’étranger lorsque son IFSI le permet. 

Vous souhaitez partir à l’étranger dans le cadre de votre formation ?

La FNESI peut t’aider, notamment te renseigner sur les différents programme existant tel que ERASMUS + !

 

Si vous avez besoin d’aide au sujet de votre projet de mobilité internationale, contactez-nous via l’adresse affaires.internationales@fnesi.org

d. Droits et devoirs de l'étudiant·e

 

Au fur et à mesure des stages, l’étudiant·e se crée une identité professionnelle à travers l’observation et la découverte des différents exercices en soins infirmiers, des diverses situations professionnelles vécues. Il·elle devient de plus en plus responsable et autonome.

 

«Être responsable, c’est se reconnaître comme auteur de ses actes et être reconnu.e comme tel, c’est accepter les conséquences et en répondre devant soi, devant autrui, devant la société. C’est aussi admettre la nécessité de remplir un devoir, de tenir un engagement puis de réparer un dommage causé ».

 

« Être autonome, c’est être capable d’exercer des choix et de maîtriser sa vie personnelle et sociale et donc professionnelle. Mais c’est aussi être responsable vis-à-vis des autres et de soi-même ».

 

L’étudiant·e a le droit :

  • De bénéficier d’un accueil de qualité : présentation du service, entretien avec le·la cadre, les tuteur·rice·s et professionnel·le·s de proximité ;

  • De bénéficier d’un encadrement pédagogique ;

  • D’accéder à toutes les ressources matérielles et techniques et d’informations dont il·elle a besoin pour exercer son statut d’apprenant·e et de praticien·ne des soins infirmiers : vestiaire, accès aux outils informatiques, ... ;

  • De refuser d’exécuter une tâche qu’il·elle estime dépasser sa compétence professionnelle pour l’instant ;

 

Mais, il·elle a également le devoir :

  • De respecter les règles liées à ce statut d’étudiant·e (horaires, organisation du service, réalisation des bilans de stage, etc.) et de futur·e infirmier·ère (déontologie, travail en équipe, etc.) ;

  • De s’interrompre et de demander l’aide de l’encadrant·e dans toute tâche susceptible de mettre en danger la santé du·de la patient·e qui lui est confié·e.

f. Déroulement du stage

En amont du stage

L’étudiant·e sait généralement à l’avance les lieux de stages où il·elle devra se rendre ainsi que leurs dates. Il convient d’appeler au moins une semaine à l’avance le lieu de stage pour se présenter et demander un entretien préalable ou simplement quelques renseignements nécessaires à l’arrivée en stage :

  • Horaires, notamment du premier jour ;

  • Tenue professionnelle à adopter : il peut arriver, notamment en psychiatrie ou dans certains lieux de vie que l’étudiant·e soit en tenue civile, il faudra dans ce cas prévoir une tenue simple et confortable ;

  • Modalités de prise des repas : un repas peut être prévu par le lieu de stage sinon l’étudiant·e devra apporter un plat ;

  • Modalités d’accueil en stage : il est possible pour l’étudiant·e de demander un temps avec le·la tuteur·rice ou le·la maître de stage pour visiter le lieu de stage et obtenir des renseignements sur son organisation globale ;

  • Modalités pédagogiques : il peut parfois être demandé à l’étudiant·e dès le premier jour de présenter ses objectifs, des démarches cliniques réalisées précédemment, etc ;

  • Pathologies, thérapeutiques et public prévalent dans le lieu de stage : cela peut permettre à l’étudiant·e d’effectuer des recherches en amont du stage.

 
Le premier jour 

Il est généralement prévu par le·la maître de stage ou le·la tuteur·rice un temps d’accueil de l’étudiant·e au cours duquel il·elle lui présente le lieu de stage, son organisation, le système d’information, les pathologies, thérapeutiques et publics prévalents dans ce lieu.

Ce temps est important : l’étudiant·e doit profiter de la disponibilité de la personne qui l’accueille pour satisfaire sa curiosité et ainsi bien démarrer son stage ! Cela peut aussi être l’occasion de présenter à son·sa tuteur·rice son parcours ainsi que ses objectifs d’apprentissage et de développement de ses compétences. 

 

Dans chaque lieu de stage, il est censé exister un livret d’accueil à destination des étudiant·e·s, il est recommandé d’en prendre connaissance. Il·elle peut également y trouver une documentation sur les missions et spécificités du service de soin. Autant d’outils lui permettant de se familiariser au mieux avec la structure.

 

La planification des horaires est établie par le·la maître ou le·la tuteur·rice de stage, pour la durée totale du stage, avec la participation de l’étudiant·e. Ce·tte dernier·ère ne devra alors pas hésiter à faire part de ses disponibilités potentielles et justifiées. C’est aussi l’occasion de demander quel·le·s peuvent être les autres lieux ou professionnel·le·s intéressant·e·s à rencontrer dans le parcours de stage !

 
 Les objectifs de stage

 Les objectifs de stage tiennent compte à la fois des ressources des stages, des besoins de l’étudiant·e en fonction de ses acquisitions et de son projet professionnel. A chaque stage, il est donc demandé à l’étudiant·e de formuler des objectifs personnels de stage dans son portfolio afin de favoriser sa progression et de se donner une base d’auto-évaluation. Cette dernière peut se faire durant le stage et/ou en fin de stage. Cela permettra de ré-axer certains indicateurs et objectifs pour la fin du stage ou pour un futur stage.

Ils doivent être formulés de manière provisoire par l’étudiant·e avant son arrivée en stage. Ils seront présentés au·à la tuteur·rice de stage avec lequel·laquelle l’étudiant·e pourra les modifier ou les compléter en fonction des ressources du stage.

g. L’encadrement sur le lieu de stage

L’encadrement est « une action pédagogique qui consiste à organiser un stage, à diriger et à accompagner l'étudiant·e… » ou encore à « participer à la formation par l’information des étudiants. C’est initier, former, contrôler, réajuster, évaluer ».

 

L’encadrement est une obligation réglementaire pour les infirmier·ère·s. Il·elle·s sont garant·e·s de la qualité des soins dispensés aux patient·e·s qu’il·elle·s prennent en charge et donc de ceux réalisés par les étudiant·e·s. Il·elle·s sont légalement responsables des actes réalisés par les étudiant·e·s qu’il·elle·s encadrent.

 
Le·la maître de stage

Il·Elle représente la fonction organisationnelle et institutionnelle du stage. Il s’agit le plus souvent du·de la cadre de santé. Il·Elle est le·la responsable du stage et est garant·e de la qualité de l’encadrement. Il·Elle met en place les moyens nécessaires à cette qualité et veille à l’établissement d’un livret d’accueil spécifique, à la diffusion et à l’application de la charte d’encadrement. Il·Elle assure aussi le suivi des relations avec l’institut de formation.

 

Le·la tuteur·rice de stage

Il·Elle a la responsabilité pédagogique du stage et doit être volontaire pour exercer cette fonction. Il·Elle peut le faire temporairement et sur plusieurs unités de soin. Chaque étudiant·e doit connaître l’identité de son·sa tuteur·rice de stage et sa fonction.

 

Le·la tuteur·rice assure un accompagnement des étudiant·e·s et évalue leur progression lors d’entretiens réguliers. Il·Elle peut accompagner plusieurs ESI et les recevoir ensemble lors de leur encadrement. Il·Elle peut leur proposer des échanges autour des situations, des questions rencontrées ou autour des objectifs de stage. Il·Elle facilite l’accès des étudiant·e·s aux divers moyens de formation proposés sur les lieux de stage, les met en relation avec des personnes ressources. Il·Elle favorise, en lien avec le·la maître de stage, l’accès aux services collaborant avec le lieu de stage en vue de comprendre l’ensemble du parcours de soin (exemple : stérilisation centrale, bloc opératoire, consultation etc.).

Le·la tuteur·rice a des relations régulières avec le·la formateur·rice de l’institut de formation référent·e du stage. Le·la tuteur·rice évalue la progression des étudiant·e·s dans l’acquisition des compétences, après avoir demandé l’avis des professionnel·le·s qui ont travaillé avec. Il·Elle formalise cette progression sur le portfolio lors des entretiens avec l’étudiant·e en milieu et à la fin du stage. Les objectifs de stage peuvent être un support pour évaluer la montée en compétence.

 

Les professionnel·le·s de proximité

Il·Elle·s représentent la fonction d’encadrement pédagogique au quotidien. Il·Elle·s sont présent·e·s avec l’étudiant·e lors de ses séquences de travail, lui expliquent les actions, nomment les savoirs utilisés, rendent explicites leurs actes, etc. Il·Elle·s accompagnent la réflexion de l’étudiant·e et facilitent l’explicitation des situations et du vécu du stage.

Plusieurs personnes peuvent assurer ce rôle sur un même lieu de travail en fonction de l’organisation des équipes. Il·Elle·s consultent le portfolio de l’étudiant·e, afin de cibler les situations, activités ou soins devant lesquels l’étudiant·e pourra être placé·e en fonction de ses objectifs et de ses acquisitions. Il·Elle·s ont des contacts avec le·la tuteur·rice afin de faire le point sur l’encadrement de l’étudiant·e de manière régulière.

 

Le·la formateur·rice de l’IFSI référent·e de stage

Les IFSI désignent un·e formateur·rice référent·e pour chacun des stages. Il·Elle est en lien avec le·la maître de stage en ce qui concerne l’organisation générale des stages dans son unité ou sa structure.

Il·Elle est également en lien avec le·la tuteur·rice de stage afin de suivre le parcours des étudiant·e·s et régler au fur et à mesure les questions pédagogiques qui peuvent se poser. 

Il·Elle a accès aux lieux de stage et peut venir encadrer un·e étudiant·e sur sa propre demande, celle de l’étudiant·e, ou celle du·de la tuteur·rice de stage. Des visites de sa part sont généralement prévues à mi-stage afin de faire un point sur le déroulement du stage. 

 

h. L’évaluation et la validation des stages

Le stage est validé dès lors que l’étudiant·e remplit les conditions suivantes : 

  • Avoir réalisé la totalité du stage : la présence sur chaque stage ne peut être inférieure à 80% du temps prévu pour ce stage, sans que les absences ne dépassent 10% de la durée totale des stages sur l’ensemble du parcours de stage sur les 3 ans.

  • Avoir mis en œuvre et acquis les éléments des compétences requises dans les situations professionnelles rencontrées et analysées.

NOTE : Les analyses de pratiques professionnelles ne sont pas nécessaires à la validation d’un stage, même si elles sont souvent demandées par les IFSI ! (voir l’article 57 de l’arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d'Etat d'infirmier)

 

Afin d’évaluer l’acquisition des compétences, les stages font l’objet de bilans par le biais du portfolio de l’étudiant·e. Il comporte plusieurs parties remplies lors de chaque stage :

  • Des éléments sur le cursus de formation de l’étudiant·e, rédigés par celui·celle-ci avant son arrivée en stage ;

  • Des éléments d’analyse de la pratique de l’étudiant·e à partir des activités réalisées en stage, rédigés par l’étudiant·e ;

  • Des éléments d’acquisition des compétences au regard des critères cités qui sont remplis par le·la tuteur·rice, en concertation avec l’équipe d’encadrement, lors de l’entretien d’évaluation du stage avec l’étudiant·e. Cette acquisition est progressive, chaque étudiant·e peut avancer à son rythme et selon son parcours de stage ;

  • Un bilan écrit doit être réalisé par le·la tuteur·rice au milieu et à la fin du stage de manière à apprécier la progression de l’étudiant·e dans son parcours de stage.

L’étudiant·e doit être présent·e lors des temps d’évaluation réalisés sur ce portfolio ainsi que lors du bilan final de stage. Cela permet à l’étudiant·e d’expliquer les actes et activités réalisés mais également de comprendre et participer à l’évaluation de son stage. 

 

L'étudiant·e a le droit de ne pas signer sa feuille de fin de stage s'il·elle n'est pas en accord avec le rapport fourni !

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.